présentiel - Rise Up

À l’heure où le digital ne cesse de se développer, revenir aux fondamentaux… un pari risqué ?

Mais…qui a dit qu’il fallait faire un choix ? Aujourd’hui, la formation professionnelle tient une place plus importante que jamais au sein des entreprises, quel que soit leur secteur. Les services ressources humaines se transforment peu à peu dans le but d’agir en conformité avec la récente réforme du 5 septembre 2018. In fine, chaque employé devra suivre une formation qui correspond à son profil, son métier et ses possibles évolutions.

 

Mais alors… par quels moyens former tout ce beau monde, sans que ces formations ne soient vues comme une punition ?

D’après une étude menée par l’Institut des métiers du blended learning en 2017, le présentiel avait toujours la côte, jugé méthode d’apprentissage la plus efficace par 21% des interrogés…pourtant, c’est 13% de moins qu’en 2014. Tandis que le goût pour l’e-learning progresse, le présentiel est petit à petit relayé au seconde plan…. à tort !

 

Pourquoi est-il primordial de conserver du présentiel ?

Certains diront : le présentiel c’est dépassé, ça ne donne envie à personne de se former et ça nécessite de grosses contraintes (faire venir un formateur, trouver des horaires communs, se déplacer dans un lieu précis…).

En réalité, supprimer le présentiel, c’est supprimer l’acte de formation en lui-même ! Le défi ne doit pas être de remplacer entièrement les formats d’apprentissage, mais bel et bien de réussir à gérer présentiel et e-learning conjointement et ce, en augmentant l’engagement des apprenants.

D’autre part : l’e-learning à lui seul, s’il permet d’acquérir de nouvelles connaissances, de réaliser des exercices, cas pratiques, quiz et évaluations, ne peut former entièrement. En effet, pour être pleinement profitable à l’apprenant, une formation doit comporter, en plus de la partie informations / apprentissage, une mise en situation, et favoriser la confrontation de points du vue avec les autres apprenants.

Cette confrontation, appelée conflit socio-cognitif favorise la productivité, et par la suite, l’apprentissage. Le pourcentage de solutions correctes lors d’un exercice pratique par exemple, est plus élevé lorsqu’une divergence est introduite au sein d’un groupe. Ces progrès cognitifs directement liés à l’interaction sociale des pairs ne se produisent pas (ou moins) lors d’un travail individuel.

Aujourd’hui, il existe une quantité d’outils capables de rendre le présentiel plus ludique et engageant comme les trainings interactifs. L’ère du PowerPoint surchargé de texte est révolu : l’idée étant réellement de favoriser l’échange entre les apprenants et le formateur lui-même. Exit l’apprentissage horizontal qui place les apprenants en simples observateurs passifs. A la place, diviser la session en plusieurs parties, afin de ne pas lasser et de diversifier les contenus. Mixer par exemple, les parties purement théoriques avec des jeux et exercices en groupes, tout en restant disponible pour répondre aux questions des apprenants et les aider tout au long de leur parcours.

 

Et le e-learning dans tout ça ?

Bien entendu, il est difficile de passer à côté des modules e-learning : ils sont un gain de temps et de coût important pour les entreprises, et permettent également à l’apprenant de s’affranchir des contraintes temporelles et géographiques liées au présentiel. Tout est fait pour adapter la formation à l’emploi du temps de l’apprenant : se former n’importe où, n’importe quand et en quelques minutes sont devenus un véritable credo pour certains. Attention cependant à ne pas abuser de ces formats ultra-courts, qui n’approfondissent pas les sujets et ne permettent certainement pas à eux seuls de développer de réelles compétences.

Il ne faut pas non plus négliger les classes virtuelles, qui sont un moyen de combiner les atouts du présentiel, tout en restant chez soi. Elles permettent de bénéficier d’interactions directes avec le formateur via notamment le chat.  

De plus, la possibilité de varier les formats dans les modules e-learning (vidéos, quiz…) est un vrai plus qui peut, en plus de rendre plus engageant, réellement enrichir le contenu de la formation.

 

Blended learning : le combo gagnant

On ne le répètera jamais assez : le blended learning est très certainement le format d’apprentissage le plus efficace. Le principe est simple : mixer subtilement les formats présentiels et e-learning pour bénéficier des atouts relatifs aux deux. Certains sujets de formation sont compliqués voir impossibles à digitaliser car complexes et nécessitant une démonstration physique.

En fait, l’e-learning complète le présentiel, et vice-versa. Les deux doivent être pensés ensembles et intégrés simultanément lors de l’établissement du plan de compétences (d’où l’importance de choisir un outil pouvant gérer les deux à la fois, sans distinction).

 

Pour tout savoir sur le blended learning, vous pouvez consulter notre précédent article ici.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.