L’ engagement des apprenants en e-learning, c’est LE sujet que tout le monde souhaite maîtriser et améliorer. Pourquoi ? Parce qu’un apprenant qui n’a pas envie de suivre sa formation, qu’il soit salarié ou étudiant, est un apprenant qui risque grandement de ne pas recevoir tous les bénéfices de la formation en question. Ainsi, le facteur motivationnel est la base de l’engagement mais des leviers à activer sur la qualité de l’expérience de l’apprenant sur son LMS peuvent faire la différence.

Aujourd’hui, nous décryptons pour vous 3 d’entre eux. Vous souhaitez vous renseigner de manière approfondie sur le sujet ? N’hésitez pas à télécharger notre livre blanc “E-learning : Comment susciter au quotidien l’intérêt de vos apprenants ?”

Diversifiez les supports : le blended learning, entre cadre et liberté

Vous l’avez compris… Le digital est un support dont on ne peut guère se passer (et c’est une bonne chose !). Gain de temps, économies… Il serait (logiquement) tentant de digitaliser à 100% la formation professionnelle. Erreur ! Rendre une formation uniquement accessible sur le digital, c’est en quelque sorte vous tirer une balle dans le pied. À première vue, on s’imagine que les apprenants seront ravis et motivés, mais en fait… C’est un peu plus compliqué que ça.

Deux choses.

Le TOUT digital ?

Tout d’abord, le digital ne peut suffir à lui seul à se “former”. Oui, sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone, vous pouvez apprendre des choses, faire des exercices… Mais est-ce que cela suffit à réellement acquérir une compétence solide ? Et bien, pas vraiment. Dans les faits, le digital tiendra plutôt le rôle d’informateur, idéal pour introduire un sujet par exemple, réviser des notions ou conclure. Pour autant, l’action de “formation” en tant que telle ne pourra avoir lieu que si un contexte social est également appliqué. Par contexte social, on entend mises en situation et applications, confrontations avec les pairs… Cela dit, l’aspect interactif qui nous importe ici peut tout à fait se passer sur la plateforme e-learning : la classe virtuelle, qui permet le travail en sous-groupe comme en salle de classe classique tout en ayant un chat à portée de main, son tableau blanc qui permet un brainstorm virtuel et ludique, ou encore un Wooclap faisant office de billet d’humeur en début de classe virtuelle sont des expériences à haute valeur sociale. Finalement, les fonctionnalités d’un LMS et de ses produits dérivés permettent une expérience de formation augmentée, quand on la compare à un cours en salle classique.

Le recours au présentiel, toujours d’actualité ?

Il est fortement recommandé de conserver une partie de la formation au format présentiel. De cette façon, celle-ci pourra s’ancrer beaucoup plus concrètement. Vous n’êtes pas obligé(e) de planifier de longues sessions présentielles mais vous pouvez, par exemple, prévoir des points réguliers aux étapes charnières de la formation afin de répondre aux éventuelles questions des apprenants. Cette gestion du présentiel sera facilitée par un LMS qui se chargera des invitations aux sessions, de la centralisation des informations qui lui sont liées ( lieux, date, introduction à la session), de l’émargement électronique en classe pour éviter les feuilles volantes, des attestations de présence, etc. Vous pourrez alors vous concentrez sur le contenu de votre classe plutôt que son organisation logistique et administrative pour le bénéfice de l’expérience apprenant. Après les exercices d’application présentiels, laissez les apprenants y réfléchir et apporter un feedback et échanger entre eux sur le forum de votre plateforme ! C’est là où le LMS devient espace d’engagement pour l’apprenant, qu’il s’approprie et sur lequel il s’exprime. Bienvenue dans l’ère du LXP !

Toujours en termes d’expérience apprenant, la formation digitale permet une certaine liberté. Et lorsque celle-ci est suivie sur des appareils mobiles, l’autonomie est quasiment totale. La liberté de se former où et quand on veut est réellement appréciée par les apprenants. Pour autant, avoir un cadre et une structure sont nécessaires.

Le tutorat pour l’engagement des apprenants

Comme nous le disions un peu plus haut, si l’autonomie et la liberté sont très appréciées dans un contexte de formation, il est toutefois nécessaire de cadrer la formation. Détrompez-vous, cela est justement très bien perçu par les apprenants eux-mêmes, puisqu’on estime par exemple que le tutorat rend la formation deux fois plus efficace ! Entre autres, le taux de participation augmente très largement lorsqu’un tuteur est présent. 

Mais au fait, le tutorat… c’est quoi ? On définit ce dernier généralement par “un acte d’apprentissage ou d’encadrement d’un élève ou d’un disciple”. En fait, le tuteur fait office de référent, accompagnant l’apprenant tout au long de son parcours de formation. Cette relation est basée sur la confiance et l’horizontalité : l’objectif pour le tuteur n’est pas d’avoir le pouvoir et l’ascendant, simplement de suivre l’apprenant et pouvoir répondre à ses questions quand besoin est. Bien entendu, le tuteur peut accompagner en présentiel mais également sur le digital ! 

Par exemple, la mise en place de discussions instantanées ou systèmes de messagerie favorise largement les échanges “one-to-one”, tandis que des messages et sujets de conversation par forum visent davantage à créer une communauté et répondre aux interrogations communes des apprenants. L’idée est de pouvoir garder une relation, quelque soit les supports utilisés pour se former. De cette manière, l’apprenant n’est pas livré à lui-même puisqu’il sait qu’une personne est disposée à l’aider. L’engagement s’en trouve donc largement augmenté et les apprenants évitent de décrocher de leur formation, comme c’est souvent le cas lorsque celle-ci s’effectue à distance. 

Contenu, please !

Enfin, le troisième levier que nous souhaitons évoquer – et pas le moindre ! – concerne l’importance du contenu dans l’engagement des apprenants. Imaginez une formation de 45 min sur une plateforme LMS où il n’y aurait que du texte. Ennuyeux, non ? Passé les 10 premières minutes, il y a fort à parier pour que vos apprenants soient déjà “désengagés”. Dans notre première partie, nous avons déjà évoqué l’importance de mixer présentiel et digital. Mais il est important de diversifier les contenus eux-mêmes le plus possible pour continuellement capter les apprenants. 

Tout d’abord, posez-vous les bonnes questions : 

  • Quels sont les supports que je peux utiliser ? 
  • Quels sont les outils dont je dispose ? 
  • Quels supports pour quels contenus ? 

Il existe à votre disposition un bon nombre d’outils qui vous permettent de créer des contenus interactifs très simplement et gratuitement : vidéos, images animées, infographies. Les outils auteurs intégrés aux LMS sont de plus en plus performants et vous permettent de créer facilement des cours riches et diversifiés dans leur format. N’oubliez pas qu’une formation réussie l’est pour vos apprenants mais également pour vous ! La montée en compétences qui en résulte sera bénéfique pour votre entreprise. 

Vous avez désormais 3 clés pour améliorer l’expérience de l’utilisateur sur sa “Learning Experience Platform “ et, vous le vérifierez  : l’engagement de vos apprenants sera au rendez-vous ! 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.